Exclusif : une œuvre de Delville inconnue retrouvée !

Partenaire privilégié des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, la Bibliothèque royale expose cette rare découverte au Musée Fin-de-Siècle.

Lundi 8 février 2016

  • Une œuvre de Jean Delville, encore inconnue à ce jour, a été découverte dans les collections du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale
  • Contradiction: le grand format du dessin a permis qu'il passe inaperçu
 

Trop grand pour être vu

Le dessin réalisé par Jean Delville et daté de 1888 a été retrouvé dans les collections du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale, suite à des recherches réalisées pour le Musée Fin-de-Siècle. Assez curieusement, c’est son format hors-norme (Atlantico, 98cm l x 118 h) qui lui a permis d’échapper à tout classement jusqu’aujourd’hui.

Finalement, le « dessin dédicacé à l’écrivain Maurice Siville » a été découvert en effectuant un scanning systématique des collections, non pas via les fichiers d’œuvres, mais sous chaque format dans les réserves au nom de Delville.

L’artiste

Jean Delville (1867-1953) était un peintre, écrivain et poète idéaliste. Son œuvre et ses écrits seront marqués par une propension au spirituel, une quête de l’au-delà, du sens caché derrière l’invisible et de l’idéal. L’artiste sera influencé par la pensée occulte de Sâr Joséphin Péladan (1858-1918) et son Ordre de la Rose-Croix.

Le dessin occupe une place spéciale dans l’œuvre de Delville : rehaussé, au crayon gras, pastel et gouache ou crayons d’une seule couleur. Sa technique est toujours réfléchie et très étudiée ; il cherche à suivre la traduction du disegno. Ce terme ne fait pas seulement référence au dessin au sens strict, mais également à l’idée même, au concept derrière une œuvre.

L’œuvre retrouvée

Il s’agit probablement d’une représentation de la mort du héros grec Orphée ou d’une première figuration de Prométhée, dont le foie était chaque jour crevé à coups de bec. Delville s’est peut-être également laissé inspirer par le mythe des Oiseaux du lac Stymphale, oiseaux de malheur qui se nourrissent de chair humaine.

Cette œuvre est un exemple flagrant d’une tendance marquée chez Delville : intégrer les forces irrationnelles du mythe dans ses représentations afin de leur conférer une signification sacrée.

Provenance

L’œuvre est dédiée à Maurice Siville, critique d’art et rédacteur de la revue d’influence « La Wallonie » et de « Caprice-Revue », un hebdomadaire immensément populaire auprès des jeunes artistes. En 1888, Siville publie ses « Contes pour l’aimée ». À cette occasion, Delville lui dédicace un dessin, témoignage de leur amitié. On sait que peu après, Delville a peint le Portrait de Madame Siville qui fut exposé lors de la 14ème exposition de L’Essor en 1890.

Cette œuvre de Delville est arrivée directement au Cabinet des Estampes via la veuve du critique et y est resté cachée depuis.

Le Musée Fin-de-Siècle

Chaque semestre, le Musée Fin-de-Siècle propose un nouvel accrochage témoignant du foisonnement de la période « 1900 ». Ces roulements permettent de montrer au public des œuvres fragiles - et dès lors très rarement exposées - de célèbres noms tels que Rops, Degas, Renoir, Gauguin, Van Gogh, Signac, Munch, Toulouse-Lautrec, etc. De grands partenaires sont associés à ce dynamisme et enrichissent ainsi l’exhaustivité et la multidisciplinarité de l’époque représentée : la Bibliothèque royale, le Théâtre royal de la Monnaie, les Musées royaux d’Art et d’Histoire, la Cinematek, la Bibliotheca Wittockiana, la Fondation Roi Baudouin, le Conservatoire royal de Bruxelles, Belfius, et, pour la mise en dépôt de l’extraordinaire collection Gillion Crowet, la Région Bruxelles-Capitale.

Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale

Avec plus de 1.000.000 documents à étudier, les collaborateurs du Cabinet des Estampes ont régulièrement l’occasion de découvrir des pièces exceptionnelles dans les collections rassemblées durant de longues années à la Bibliothèque royale. Ces collections bénéficient d’une attention particulière grâce au projet Alvinus, qui vise leur numérisation et mise à disposition en ligne.

Logo Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
La dédicace à Maurice Siville (détail du dessin, SIII 41961, Bibliothèque royale de Belgique)