KBR revient sur une année Bruegel réussie

KBR revient sur une année Bruegel réussie

  • L’expo « The World of Bruegel in Black and White » a déjà attiré 20.000 visiteurs et est ouverte jusqu’au 16 février 2020
  • KBR a reçu en don une « médaille Bruegel »
  • KBR a réussi à acquérir une gravure unique de Bruegel

Médaille Bruegel

Donation manuelle hors du commun

Bien que KBR conserve une collection complète d’estampes de Bruegel, la bibliothèque ne possédait encore aucune « médaille Bruegel ». C’est aujourd’hui chose faite depuis que l’institution a reçu une donation manuelle très particulière durant l’année Bruegel 2019. La médaille, probablement une pièce unique, appartenait depuis 1957 à une collection privée belge. Même si le nom qui lui a été donné, « Médaille Bruegel » laisse supposer que c’est le fameux « Bruegel campagnard » qui y figure, rien n’est moins vrai, puisque c’est Hans Franckaert qui est représenté à l’avers de la « médaille Bruegel ».

 

L’ami de Bruegel

Hans Franckaert vivait à Anvers depuis son enfance et y tenait un commerce de métaux et de bijoux. Il était un ami proche de Pieter Bruegel l’ancien, comme le décrit Karel Van Mander dans son Schilder-boeck (1604): « …Hans Franckaert […] die geern by Brueghel, en met hem daeghlijkcks seer gemeensaem was. » [Hans Franckaert […] qui restait volontiers chez Bruegel, et le côtoyait familièrement tous les jours.]

Les deux amis se rendaient régulièrement à la campagne. Déguisés en paysans, ils participaient aux diverses fêtes populaires en Campine, telles que les noces et les kermesses. C’est à ce titre que nous retrouvons le portrait de Franckaert dans Le Repas de noce de 1567.

L’homme représenté à l’extrême droite du Repas de noce ressemble en effet comme deux gouttes d’eau au portrait figurant sur la « médaille Bruegel », réalisée en 1565. Bruegel n’était pas vraiment connu comme portraitiste, mais selon le Prof. Dr. Jan Van der Stock, il n’est pas impossible que ce portrait ait été dessiné par Bruegel. La médaille elle-même a été réalisée par le sculpteur et médailleur Jacob Jonghelinck.

 

Médaille actuellement exposée

Cette médaille toute particulière est actuellement visible à l’expo « The World of Bruegel in Black and White » qui est accessible jusqu’au 16 février 2020. L’exposition montre qu’à son époque, Bruegel était surtout connu grâce à ses estampes. Au XVIe siècle, nos contrées étaient le centre de la gravure. Bruegel et son éditeur Hiëronymus Cock jouèrent un rôle clé à cette époque. Leur savoir-faire magistral est au cœur de l’exposition « The World of Bruegel in Black and White ». L’exposition a attiré, jusqu’à ce jour, déjà 20.000 visiteurs au Mont des Arts et est une initiative de KBR, qui a pu voir le jour grâce au soutien de nombreux partenaires : Toerisme Vlaanderen, Loterie Nationale, Fonds Baillet Latour, asbl Mont des Arts, Régie des Bâtiments, Gouvernement fédéral, De Standaard, La Libre, Klara, Musiq 3, La première, The Brussels Times, Knack et Le Vif.

 

L’Alchimiste

État découvert récemment

Le 19 octobre 2019, KBR a réussi à acquérir une impression unique d’une estampe de Bruegel lors d’une vente publique à Bruxelles. La découverte de cet état de l’estampe de Bruegel intitulée « L’Alchimiste » rend la collection de référence de KBR, déjà riche des estampes du maître, et d’après ses dessins originaux, encore plus intéressante.

La dernière partie de l’exposition « The World of Bruegel in Black and White », intitulée « Bruegel inspire », montre que la popularité de Bruegel s’est perpétuée bien au-delà de sa mort. Bruegel réalisait des dessins qui étaient ensuite gravés sur des plaques de cuivre pour devenir des estampes. Les impressions de ces plaques étaient ensuite vendues en grand nombre dans le commerce d’estampes de l’éditeur de Bruegel Hieronymus Cock. Seules quelques planches originales gravées à partir des dessins de Bruegel ont été diffusées par un éditeur ultérieur.

Grâce à cet état récemment découvert de l’Alchimiste de Bruegel, on a aussi pu déterminer que cette impression a abouti chez Jacobus de Man. Lors du décès de Joannes Galle, Jacobus de Man a acheté les anciennes planches de la collection de Galle, ce qui était une bonne affaire pour développer son propre commerce d’estampes. Des exemples comme celui-ci montrent que l’œuvre de Bruegel sera encore imprimée et vendue bien des années après sa mort, et continuera ainsi à inspirer d’autres artistes.  

De plus, selon le commissaire Joris Van Grieken, L’Alchimiste, où la famille d’un alchimiste périt à cause du désir de celui-ci d’acquérir à tout prix le savoir, est l’œuvre de Bruegel la plus aboutie :

En opposant humour et moquerie d’une part et émotion et compassion envers le sort de cette famille d’autre part, Bruegel obtient un effet cathartique auprès du spectateur. L’Alchimiste est sans doute l’estampe la plus narrative, voire la plus « théâtrale » de Bruegel. 

 - Joris Van Grieken, commissaire de l’exposition « The World of Bruegel in Black and White »

Contactez-nous
A propos de KBR

En tant que bibliothèque scientifique nationale, KBR rassemble toutes les publications belges. Il conserve, gère et étudie un vaste patrimoine culturel et historique.

Par ailleurs, KBR permet au public d’accéder à l’information, facilite la recherche et propose des expériences culturelles. KBR réunit les gens et les connaissances et partage son patrimoine avec le monde entier.

KBR
Mont des Arts 28
1000 Bruxelles